Les Armes d'Hast.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Armes d'Hast.

Message  Invité le Ven 14 Oct - 20:21

J'ai trouvé une documentation intéressante sur les armes d'hast. La voila :

-Historique
L'usage des armes d'hast est très ancien, il remonte à la préhistoire.
Les armes d'hast sont relativement peu chères, et simples à fabriquer comme à utiliser, car elles sont souvent dérivées d'armes de chasse (comme l'épieu) ou d'outils agricoles (comme la faux de guerre).
Les lances ont ainsi probablement d'abord été utilisées à la chasse, comme arme de jet ou pour frapper directement ; la possibilité de frapper une proie tout en la gardant à bonne distance a dû apparaître très vite comme avantageux aux chasseurs. De plus, une fois plantée avec une inclinaison dans le sol, c'est une défense très efficace contre une charge (de cavalerie ou celle d'un prédateur).
Des unités rangées d'hommes équipés d'armes d'hast ont également été reconnues rapidement comme des unités de combat efficaces (voir phalange hoplitique, phalange macédonienne et sarisse) :

en défense, il était difficile de toucher les hommes derrière leurs lances ;
en attaque, elles dévastaient tout sur leur passage.

Avec la généralisation des combattants cuirassés, particulièrement la cavalerie, les armes d'hast ont combiné le fer de lance (pour les coups en poussée) avec un fer de hache ou autre, pour les coups portés latéralement.
Les armes d'hast ont par la suite été largement surpassées par les armes à feu. Cependant, l'utilisation de la baïonnette lors des assauts modernes peut être vue comme une survivance des armes d'hast.
Elle a donné son nom à une partie des légionnaires romains, les hastati.


les armes d'hast

Le terme "arme d'hast" désigne toute arme dont le fer est monté sur un long manche de bois appelé hampe (alors que les outils eux ont un manche). A l'exception de la lance et de la pique, qui possèdent des hampes cylindriques, et de quelques épieux dont la hampe de section ronde ou ovoide, les hampes sont en règle générale de section octogonale, représentant un carré ou un rectangle aux angles rognés. Cette forme permet une bonne prise en main, l'arme ne "tournant" pas dans la paume. Habituellement, le bois est du frêne, fendu et non scié, le fil du bois allant du fer au talon ; ces hampes sont ainsi très résistantes, à la compression et à la flexion. Ce bois est bien choisi, sans noeud, sans point faible, comme pour un arc monoxyle. II est terminé par une douille de fer : le talon, qui permet de s'arc-bouter au sol pour "recevoir" la cavalerie, le fer dans le poitrail du cheval !
En dépit de leur origine étymologique, la plupart des armes d'hast sont des armes de piéton. Certaines armes sont le résultat de l'évolution d'un outil. La parenté entre l'arme et l'outil est fréquente, mais elle n'est pas toujours aussi évidente qu'entre la hache à bois et la hache d'arme. C'est toujours l'outil qui se transforme en arme.
Ces armes sont évidemment destinées à frapper un adversaire, mais l'équipement défensif de celui-ci va faire évoluer l'arme au cours des siècles. D'autres armes, souvent munies de longues lames, sont destinées à blesser les chevaux. Enfin, des armes, munies de crocs, sont destinées à désarçonner l'adversaire. On trouve donc des armes d'hast d'estoc, de choc, de taille ou utilisant plusieurs de ses fonctions à la fois.

-la pique

La pique est une des armes d'hast dont la hampe est garnie d'un fer plat et pointu. Elle est composée soit en hêtre ou de frêne. Au XVème siècle, la longue pique (4 à 6 mètres) oubliée depuis la sarisse des Grecs d'Alexandre le Grand, va revenir à la mode avec les piquiers suisses et plus tard, les lansquenets allemands. Les carrés de piquiers feront la loi sur le champ de bataille jusqu'à la bataille de Rocroi, gagnée sur les Tercios espagnols par le Grand Condé, en 1643, première année d'un long règne. La pointe de la pique adopte diverses longueurs et formes, parfois carrée, comme un gros carreau d'arbalète étiré, et plus souvent très proche d'une pointe de lance, avec souvent des attelles, inutiles sur la lance. La pointe de la lance arrive au galop d'un cheval alors que la pique est maniée par un fantassin : il est donc possible de la couper d'un coup d'épée sur le bois, en arrière du fer. Les piquiers doivent "se serrer les coudes" pour éviter ce dangereux désagrément. L'angon, l'épieu, la lance, la pique sont des armes d'hast destinées à percer, soit au choc, soit en exerçant une poussée. La blessure est élargie par le tranchant symétrique dont la forme évoque une feuille de laurier.



Dernière édition par Sigurdr le Ven 14 Oct - 20:49, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Armes d'Hast.

Message  Invité le Ven 14 Oct - 20:23

-le vouge

Le ou la vouge, masculin ou féminin, constitue un type de d'armes d'hast de taille et d'estoc à lame asymétrique. Evoquons d'abord le vouge français, une sorte de long et fort coutelas au bout d'une hampe, presque toujours avec une rouelle. Sa fonction principale consiste à couper les jarrets des chevaux. La hampe est de longueur modérée. Les enluminures de la Guerre de Cent Ans nous en montrent quelques-uns. Cette arme est également appelée couteau de brèche et parfois plus connue sous ce nom. Le vouge va évoluer vers la hallebarde.

-la faux de guerre

Comme son nom l'indique, c'est tout simplement une lame de faux montée au bout d'une longue hampe. Tout comme la vouge, cette arme d'hast sert à trancher les jarrets des chevaux ; Elle fait son apparition vers le XVème siècle ; cependant en Allemagne, pendant la guerre des paysans au XVIème siècle, on avait interdit aux forgerons, sous peine de mort, de transformer les faux en armes. Il existe à l'arsenal de Vienne des faux de guerre dont le fer seul mesure 1m.50 de longueur.

-le fauchard


Cette arme est faite d'un large fer en forme de serpe. Le fauchard diffère de la guisarme par l'orientation de son tranchant et de sa pointe, en général tourné en arrière. Les anciennes versions du fauchard portent sur leur dos des oreillons horizontaux ou des crochets dirigés de haut en bas et qui servaient à tirer les gens par les arêtes de leurs armures. La longueur de la hampe varie entre 2 et 3 mètres, celle du fer de 1 à 2 pieds. On a vu son utilisation du XIIIe au XVème siècle au coté des fantassins. Elle finit sa carrière à la défense des remparts.

-la guisarme

Arme d'hast à fer asymétrique, prolongé en lame de dague, et possédant un ou deux crochets sur le dos. Elle est surtout portée du XIIe au XVème siècle par les fantassins. à ce titre, les francs-archers furent longtemps appelés guisarmiers.

-la hallebarde

Elle possède un fer pointu et un tranchant. Elle fut en usage du XIVe au XVIIème siècle, et qui continua à être portée, plus tard, par certains bas officiers et les gardes suisses. La hampe de la hallebarde est un fût de frêne, dont la longueur varie de 1m80 à 2m40. Cette arme est en usage en Allemagne et en Suisse à partir du XIVème siècle. C'est une hallebarde suisse qui frappa Léopold d'Autriche en 1386 et fendit du crâne au menton la tête de Charles de Bourgogne en 1477. La hallebarde est forgée d'une seule pièce et son estoc se trouve dans le prolongement du bois. L'arme est mieux équilibrée. Parfois le tranchant est très légèrement oblique : lorsque le hallebardier frappe un "coup de hachoir" il risque moins de dévier ou de glisser sur une partie métallique. La hallebarde italienne, de forme très allongée, est intermédiaire entre la vouge, la guisarme et la hallebarde proprement dite. Elle est parfois appelée scorpion, probablement à cause du poinçon dont le dessin représente cet animal. Ce poinçon de forge se retrouve assez souvent sur les armes d'hast milanaises.

-la corsèque

Originaires d'Italie, cette arme aurait été utilisée par des mercenaires corses. Cette explication étymologique est donnée avec réserve... Il s'agit de grands tridents, à lames tranchantes et pointues. On distingue trois types principaux : la corsèque chauve souris, la corsèque avec ses pointes latérales, recourbées vers le bas, pour désarçonner, et la corsèque avec les pointes latérales recourbées vers le haut, un peu comme le trident du Rétiaire des Jeux du Cirque de la Rome antique. Ce type d'arme, connue également sous le nom de roncone, peut atteindre de grandes dimensions.

Malgré les mélanges, les armes d'hast gardent leurs spécificités régionales. Pour les armes les plus répandues ou les plus caractéristiques :
Arme Région
Vouge France
Guisarme Italie, France
Pertuisane Italie, France
Hallebarde Suisse, Allemagne, France
Fauchard France, Italie, Allemagne
Corsèque Italie, France
Pique Suisse
Faux de guerre Allemagne
bibliographie

COURTLAND Canby, Histoire de l'armement, Ed. Rencontre.

FUNCKEN Liliane et Fred, Le Costume et les Armes au Temps de la Chevalerie, deux tomes, éd. Casterman.

ROUSSET Pierre in Histoire Médiévale, juillet 2004.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum